06 novembre 2014

Gary Winogrand

Cette petite carte pour te dire, 



Il y a maintenant deux semaines, je me suis rendue au musée du Jeu de Paume à Paris avec ma maman pour visiter l'exposition des photographies de Gary Winogrand
J'adore ce musée et n'ai jamais été déçue des rétrospectives que j'y ai vu. C'est toujours un plaisir et un moment de découverte. 
Je n'avais jamais entendu parler de Gary Winogrand (à mon grand désarroi) et j'ai été ravie de pouvoir voir une présentation complète de son travail (donc certaines photos qu'il n'a lui même jamais vu car il n'a pas eu le temps de le faire avant son décès). En effet, il est moins connu que ses contemporains Klein ou Arbus, mais n'en est pas moins talentueux pour autant ! 


Son oeuvre est très étendue et retrace "l'essor d'une nouvelle culture où la photographie est avant-tout considéré comme l'un des beaux-arts". On y voit le New-York des années 50/60 dans un premier temps, puis le reste de l'Amérique en général (jusqu'à 1984) dans le reste de l'exposition -qui est divisée en trois parties-. Les sujets sont variés, mais la majorité de ses photographies sont prises dans la rue, sur le vif du moment. Il est rare que les gens posent. On sent la vitesse et la furtivité de l'action. Des instants futils capturés par l'oeil habile du photographe. 





J'ai adoré la façon dont Winogrand casse le "cadrage définitif" que préconise Cartier Bresson. La plupart de ses photos sont d'ailleurs penchées, retournées ou même prise d'un angle auquel lui seul à pensé. C'est amusant. 
J'aime énormément l'authenticité du noir et blanc d'autre part. J'ai trouvé que c'était une exposition pleine de poésie et je la recommande fortement d'autant plus que l'espace du Jeu de Paume est très agréable et que les prix sont raisonnables (surtout pour les moins de 26 ans). Attention, fermé le lundi. xx

Enregistrer un commentaire